À propos de l'Indice mondial du tabac


L'Indice mondial d'interférence de l'industrie du tabac (Indice mondial du tabac) est une enquête mondiale sur la manière dont les gouvernements réagissent à l'ingérence de l'industrie du tabac et protègent leurs politiques de santé publique contre les interférences commerciales et intérêts particuliers, comme l’exige la Convention-cadre de l’Organisation mondiale de la santé pour la lutte antitabac (CCLTC de l’OMS). Le rapport a été lancé en tant qu'indice régional par l'Alliance pour la lutte antitabac en Asie du Sud-Est (SEATCA) en 2014. L'Indice mondial du tabac 2023 est produit par le Centre mondial pour la bonne gouvernance dans la lutte antitabac (GGTC) avec le soutien de diffusion de STOP.

Questions fréquemment posées

Explorez les requêtes courantes sur l’Indice mondial du tabac. Vous avez des questions ? Envoyez-nous un message à ggtc@ggtc.world

L'Indice mondial d'interférence de l'industrie du tabac (Indice mondial du tabac) est une enquête mondiale sur la manière dont les gouvernements réagissent à l'ingérence de l'industrie du tabac et protègent leurs politiques de santé publique contre les intérêts commerciaux et particuliers, comme l'exige la Convention-cadre de l'Organisation mondiale de la santé pour la lutte antitabac (CCLTC de l'OMS).

L'Indice mondial du tabac évalue les pays en fonction de leur réponse à l'ingérence de l'industrie du tabac au moyen d'un questionnaire d'enquête. Le questionnaire contient 20 questions couvrant 7 indicateurs d'ingérence de l'industrie sur lesquels les pays sont notés :

Indicateur 1 : Participation de l'industrie à l'élaboration des politiques
Indicateur 2 :
Activités de responsabilité sociale des entreprises liées à l'industrie du tabac
Indicateur 3 : < /strong>Avantages accordés à l'industrie du tabac
Indicateur
Indicateur 4 : Interaction inutile entre le gouvernement et l'industrie
Indicateur 5 :
Mesures pour la transparence
Indicateur 6 :
Prévenir les conflits d'intérêts
Indicateur 7 :
Mesures qui empêchent l'influence de l'industrie

L'Indice mondial du tabac utilise le questionnaire élaboré par la Southeast Asia Tobacco Control Alliance (SEATCA) sur la base des lignes directrices de l'article 5.3. Toutes les informations utilisées dans ce rapport proviennent du domaine public. Un système de notation est appliqué pour procéder à l’évaluation. Le score varie de 0 à 5, où 5 indique le niveau d'interférence le plus élevé de l'industrie et 1, un niveau d'interférence faible ou inexistant. Les pays sont classés en fonction des scores totaux fournis par les groupes de la société civile. Ainsi, plus le score est faible, plus le niveau global d’ingérence est faible, ce qui est de bon augure pour le pays. La dépendance à l'égard des informations provenant du domaine public a ses limites et cette limitation est reconnue.

Le Centre mondial pour une bonne gouvernance dans la lutte antitabac (GGTC), basé à l'École d'études mondiales de l'Université Thammasat, dirige la création et production du rapport biennal. Il a été désigné centre de connaissances de la CCLAT de l'OMS sur l'article 5.3 et ses activités se concentrent sur la lutte contre les obstacles à la lutte antitabac dus à l'industrie du tabac et sur l'autonomisation des gouvernements pour faire progresser la lutte antitabac.

L'Indice mondial du tabac est soutenu par STOP (Stopping Tobacco Organizations and Products), un organisme de surveillance mondial de l'industrie du tabac dont la mission est de dénoncer le tabac. stratégies et tactiques industrielles qui nuisent à la santé publique.

STOP est financé par Bloomberg Philanthropies et est un partenariat entre le Centre mondial pour la bonne gouvernance dans la lutte antitabac, le Groupe de recherche sur la lutte antitabac de l'Université de Bath, L'Union et Stratégies vitales

La Fondation thaïlandaise pour la promotion de la santé et la Fondation Bill et Melinda Gates ont également contribué à l'élaboration du rapport.

  • Les gens ont le droit de savoir ce que fait leur gouvernement pour protéger la politique de santé des intérêts particuliers et comment l'industrie du tabac peut s'immiscer dans les efforts visant à protéger la santé dans leur pays.
  • L'industrie du tabac est uniquement motivée par le profit et non par la santé. Il cherche à influencer les politiques afin de créer un environnement dans lequel il peut vendre autant de produits du tabac que possible.

    Saper l'article 5.3 de la Convention-cadre de l'OMS pour la lutte antitabac est une stratégie essentielle pour l'industrie, car sa mise en œuvre neutraliserait tous les autres efforts de l'industrie pour influencer la politique.
  • L'industrie n'a pas sa place à la table des politiques ni au sein du gouvernement. Toute interaction ne devrait être que celle strictement nécessaire à la régulation du secteur. Même ces interactions devraient être divulguées afin qu'il y ait de la transparence concernant l'influence de l'industrie.

    Cette industrie est particulièrement dangereuse : son activité repose sur la production, la commercialisation et la vente de produits addictifs et nocifs, les cigarettes étant connues pour tuer plus de la moitié des personnes. tous les utilisateurs à vie. Elle commercialise ces produits auprès des jeunes, pour remplacer les clients qui abandonnent ou meurent.
  • Le point de vue que nous entendons de la part des compagnies de tabac concerne la protection de leur entreprise, et non de la santé. Ils continuent de s'opposer aux politiques dont il est prouvé qu'elles réduisent le tabagisme, comme les taxes sur le tabac.

    L'industrie devrait être tenue responsable des dommages qu'elle cause, ne pas être autorisée à influencer les politiques et recevoir des incitations.
  • Alors que le monde souffrait du COVID-19, une industrie néfaste et dotée de ressources suffisantes a profité de l'occasion pour gagner en influence, s'immiscer dans les politiques de santé vitales et obtenir un traitement préférentiel.
  1. Agir pour protéger la santé, et non les intérêts de l'industrie du tabac.
  2. Rejeter les dons et le lobbying de l'industrie du tabac.
  3. Les parties à la Convention-cadre de l'OMS doivent faire davantage pour protéger les politiques, dans l'ensemble du gouvernement.
  4. Les gouvernements qui n'ont pas signé, ratifié et mis en œuvre le traité devraient le faire.
  5. Tout gouvernement, doté d'une volonté politique, peut mettre en œuvre des protocoles et des codes de conduite qui contribuent à améliorer les efforts. pour protéger la politique.